Lettre d’information Février 2017

Pour recevoir cette lettre d’information une fois par mois, veuillez nous fournir votre adresse mail, vous pourrez vous désinscrire sur le formulaire quand vous le souhaitez:

EDITO:  » Résistons aux assauts portés aux droits environnementaux et humains  « :

to-exist-is-to-resist-300x20170 militant-e-s de Greenpeace, du haut de leur grue au-dessus de la Maison Blanche ont déployé une banderole géante avec le message « Resist ». Leur objectif : appeler la population à résister aux assauts portés par Trump aux droits environnementaux et sociaux.
En France, pleuvent les dénonciations de détournement de fonds publics, les réfugié-e-s meurent sur les routes ( 10000 enfants disparus cette année), et l’état poursuit celles et ceux qui les aident, comme Cédric Herrou et Pierre Alain près de chez nous, qui ont choisi d’aider des hommes, femmes et enfants en souffrance en route dans nos montagnes, au péril de leur vie pour fuir des situations de guerre et de famines.
J’ai envie de rappeler cet article du magazine Politis d’il y a un an et demi « Aucun migrant ne s’entasse dans une embarcation de fortune ou ne s’attache sous un camion par choix ». Actuellement en voyage au Pérou et en Bolivie, on ne peut que réfléchir à la raison pour laquelle des pays au sous-sol si riche (pétrole, or, argent, cuivre, …) et producteur de tant de matières premières agricoles (café, cacao, coton…), offrent si peu d’espoir d’une vie décente à une grande partie de sa population, et où la forêt Amazonienne est détruite impunément.

destructionForetL’une des causes principales de la pauvreté de ces pays réside donc dans les pratiques actuelles du commerce mondial, fondées sur la rentabilité et les profits maximaux et immédiats. Leurs produits alimentaires ou manufacturés ne donnent pas une juste rétribution du travail, et l’exploitation  par des grandes entreprises internationales  conduit à une corruption généralisée des hautes autorités  (cas de l’entreprise de travaux publics Brésilienne Odebrecht au Pérou actuellement)

En choisissant le commerce équitable les consommateurs peuvent participer à créer un outil pour éviter cette émigration contrainte, cette corruption généralisée et cette destruction de l’environnement, ceci bien entendu dans le cadre d’autres stratégies politiques fortes.

La nouvelle Collection arrive en boutique

catalogueArtP17les catalogues de la nouvelle collection vous attendent en boutique ou vous pouvez les télécharger depuis notre site www.artisansdumondenice.org
Nos partenaires y racontent  l’aventure humaine que véhicule chacun des produits que nous vous proposons.

Chaque produit est unique, il est le résultat du savoir-faire de l’artisan qui a mis tout son cœur dans sa réalisation.beaucoup de couleurs synonymes de gaieté et de joie de vivre.

Cette nouvelle collection fait la part belle aux bijoux ethniques et aux enfants grâce à de nouveaux jeux d’éveil .

IwasaSari

Notre partenaire CREATIVE HANDICRAFTS (JNN) nous fait découvrir les produits très tendance du groupement « I was a sari » !
Ces produits sont confectionnés par des femmes des bidonvilles de Mumbai à partir de saris indiens surcyclés.
Ces pièces sont donc uniques.
L’organisation, entièrement féminine, se compose de 6 groupes de 20 femmes, qui gèrent elles-mêmes la coordination des groupes.
L’éducation est une priorité pour ces femmes car elles considèrent que c’est un moyen de sortir de la pauvreté. C’est ainsi qu’un programme de parrainage est né. Des parrains privés financent la scolarité et les dépenses de nourriture, vêtements, santé des enfants que les mères ne peuvent assumer.La majorité d’entre elles ont des enfants en bas âge. Une crèche a donc été créée pour que les enfants soient pris en charge durant la journée de travail.
 sacShoppingsautoir
 bandeauBOsari

MCCH (Maquita Cushunchic Comercializando como Hermanos) – Equateur

MCCH est née de la volonté d’agir pour les plus défavorisés. En 1987, un groupe de femmes met en place un marché de troc de produits alimentaires : le but est de commercialiser des produits de base à des prix raisonnables dans les quartiers pauvres de Quito. Prenant de l’ampleur, le mouvement s’est étendu à d’autres régions du pays donnant naissance à des magasins, non seulement de produits alimentaires mais aussi d’artisanat. Aujourd’hui 400 boutiques créées sur ce modèle existent dans le pays. MCCH signifie en langue quechua: « donnons-nous la main pour travailler ensemble ».
Aujourd’hui, 107 organisations locales partenaires, soit 5200 artisans, vendent leur production à MCCH.
La mise en place d’un programme de micro-crédit permet de financer les projets des producteurs. Enfin, la fondation a créé une université d’économie sociale et solidaire pour délivrer des formations en adéquation avec le système mis en place par la fondation.
 MCCHcollierMCCHcollier2
 MCCHBOMCCHBO2

DIMANCHE 05 FEVRIER LA TABLE DU DIMANCHE Artisans du Monde au Court Circuit Café avec La Playlist africaine

Laure & Geneviève nous concocterons un délicieux Poulet Mafé avec les produits d’Artisans du Monde
arton189L’équipe de La playlist du Dimanche vous aura élaboré une programmation musicale aux sonorités de l’Afrique

Il est souhaitable de Réserver au 09 82 31 65 33 

 

MARDI 10 JANVIER de 19h a 21h30 CINEMA CITOYEN au Court Circuit Café : « La Face Cachée Du Bio Low Cost « 

135160«bio», que l’on dit bon pour la santé et la planète, a le vent en poupe. Il ne cesse de se développer et en quelques années, le marché bio a doublé en France. Son chiffre d’affaires atteint aujourd’hui les sept milliards d’euros. Longtemps réservé aux magasins spécialisés et destiné à une clientèle aisée, le bio se démocratise. Les grandes enseignes se sont lancées dans la course et ont créé le bio «low cost». Ce succès fulgurant cache pourtant certaines dérives. En effet, entre importations massives et production intensive, le bio des supermarchés semble souvent bien loin des principes fondateurs de l’agriculture biologique, prenant parfois les mêmes chemins que le conventionnel. A force de se vouloir moins cher et accessible, le bio ne risque-t-il pas de perdre son âme ? Enquête sur les dérives du bio low cost.
Venez nombreux et nombreuses en débattre avec nous…Entrée Libre

SAMEDI GOURMAND de CARNAVAL du 25 FÉVRIER :

Nous ne perdons pas notre habitude de vous inviter une fois par mois à déguster des recettes originales à partir de nos produits.
gansescrepeschocolat

En ce temps de Carnaval nous vous ferons déguster des ganses, friandises à la fleur d’oranger qui font le régal des petits et des grands, faites à base de farine bio de notre producteur varois, ainsi que d’hydrolat de fleur d’oranger de Senteurs du Claut à la Tour sur Tinée.

Vous pourrez aussi vous régaler de crêpes au chocolat, avec notre pâte à tartiner aux noisettes ou au chocolat noir.
choconutchocodark

 Avec bien entendu thé, café et chocolat chaud pour vous réchauffer….